Vol - Agression - Accident / Conduite à tenir

Si les personnes sont souvent démunies lorsqu’elles sont victimes d’un acte de délinquance ou d’un accident sérieux, ce sentiment est accru lorsque les faits surviennent à l’étranger, où, par définition, les dispositifs ressources sont plus difficilement identifiables et accessibles.

Vous avez été agressé dans la rue, vos affaires personnelles et/ou papiers ont été volés, vous avez été victime d’un accident. Si la loi vous permet d’agir en justice pour faire valoir vos droits et obtenir réparation du préjudice subi, il y a des actes réflexes et premiers qu’il faut garder à l’esprit et certaines personnes à prévenir.

EN CAS DE VOL

- établissez la liste de ce qui vous a été volé (papiers d’identité, billets d’avions, somme d’argent, cartes bancaires, bijoux, appareils vidéos, ordinateurs …) ;
- portez plainte auprès des autorités de police locales ;
- contactez votre assurance afin de lui déclarer le sinistre dont vous avez été victime. Votre compagnie d’assurance pourra, si cela est prévu dans votre contrat, vous apporter une aide de première nécessité ;
- contactez votre banque afin de faire opposition sur votre carte bancaire, chéquier ;
- informez l’ambassade (+ 243 818 843 129 ) et déclarez au consulat le vol de votre pièce d’identité, passeport ou permis de conduire.

EN CAS D’AGRESSION

La plupart du temps il s’agit de dérober des effets, de l’argent, des téléphones portables, des montres ou des bijoux :

- Ne tentez pas de résister , ne provoquez pas, ne répondez pas aux propos agressifs. Le temps joue pour vous car les agresseurs ont hâte de récupérer un butin et de s’éclipser après vous avoir relâché ;
- prévenez immédiatement , dès que vous en avez la possibilité, l’ambassade [1] (+ 243
818 843 129) et l’attaché de sécurité intérieure (+ 243 849 500 777) et décrivez de façon précise les circonstances de l’agression et le signalement des auteurs et/ou du véhicule, et la direction de fuite. L’alerte sera transmise aux forces de sécurité pour
des recherches immédiates en ville ou aux alentours des lieux de l’agression ;
- consultez éventuellement un médecin en cas de nécessité, afin d’établir avec lui les
circonstances et les conséquences de l’agression [2] ;
- portez plainte auprès des autorités de police locales [3].

EN CAS D’ACCIDENT

Vous devez impérativement disposer d’un permis de conduire congolais en RDC, auprès du ministère des Transports du pays, le permis de conduire français ne pouvant servir de permis de conduire international.

Dans la majorité des cas un policier vient aussitôt sur place procéder à tous les relevés et constats, car nombre de véhicules ne sont pas assurés dont les propriétaires ou le conducteurs tentent d’échapper à leurs responsabilités.

En cas d’accident avec dégâts matériels seulement :

- ne déplacez pas les véhicules ;
- relevez bien le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule tiers ;
- ne cédez pas aux pressions des conducteurs tiers et prévenez ou faites prévenir les forces de l’ordre les plus proches, en leur précisant le lieu et la nature de l’accident, le nombre approximatif de victimes et le type de dégâts matériels ;
- n’hésitez pas à prendre des photos des lieux et des dégâts pour votre assureur et en cas de contentieux devant un tribunal. La procédure d’audition des personnes impliquées, les constatations, le croquis des lieux peuvent prendre du temps, soyez patient ;
- prévoyez des photocopies de documents, type carte grise, assurance, permis de conduire, passeport. Ne laissez jamais ce dernier dans les mains des enquêteurs au risque de confiscation arbitraire ;
- prévenez à l’issue de la procédure votre assureur.

En cas d’accident corporel, l’assistance aux blessés prime.

En cas d’accident mortel, le conducteur est en garde à vue voire incarcéré dans l’attente de son procès. Il est indispensable de faire prévenir l’ambassade dès que possible (+ 243 818 843 129 ).

[1Sur le fondement de ces témoignages l’ambassade peut être amenée à actualiser les fiches "Conseils aux voyageurs" consultables sur le site du ministère des affaires étrangères.

[2En cas d’agression sexuelle, il est nécessaire de voir un médecin immédiatement pour éviter toute contamination par infection ou maladie sexuellement transmissible. Il existe des traitements de première urgence qui doivent être pris très rapidement. Il convient de décrire au médecin les circonstances de l’agression et qu’il rédige un rapport décrivant ses constatations médicales, en cas de plainte et de procédure ultérieures.

[3Vous pouvez également déposer plainte en France pour les infractions les plus graves : en effet, l’article 113-7 du Code pénal dispose que « la loi française est applicable à tout crime, ainsi qu’à tout délit puni d’emprisonnement, commis par un Français ou par un étranger hors du territoire de la République lorsque la victime est de nationalité française au moment de l’infraction ». Il n’est pas utile qu’il y ait une réciprocité d’incrimination (c’est-à-dire que les deux pays qualifient de la même façon les faits dès lors que ceux-ci sont considérés en France comme un délit ou un crime).

Dernière modification : 23/03/2015

Haut de page